Si on y regarde bien, il y aurait peut-être des économies monétaires intéressantes à faire et un gain d’éfficacité de l’organisation en générale.

Dans l’organigrammedu MELS,  il y a sous le ministère, à peu près au même niveau, les commissions scolaires et les bureaux régionaux. Avons-nous besoin de ces deux bulles dans la structure?

Nous savons que les bureaux régionaux offrent une expertise en pédagogie et en ressources humaines aux commissions scolaires  de son territoire.  Ils sont aussi experts conseils auprès du ministère.  Les commissions scolaires font ça aussi. Est-ce que les bureaux sont des boîtes à  lettres des commissions scolaires? Où peut-être est-ce l’inverse?

Les commissions scolaires gèrent les équipements du ministères et ils prélèvent des taxes. Ce que font les municipalités aussi.  Et si on s’attardait au seul aspect de la mission des commissions scolaires en regard de la pédagogique et de la réussite des élèves , peut-être serions-nous avisés de repenser aux dépenses du ministère à cet égard et voir si on ne peut pas soulager les contribuables d’une sctructure lourde et redondante. Imaginez les commissions scolaires qui ne s’occupent plus de transport scolaire et d’intendance.  

Je crois qu’en soulageant  l’organigramme, on diminue le nombre d’intervenants. Je pense aux différents conseils des commissaires pour en faire un qui est régionnal avec des soucis d’ordre pédagogique et de bonnes gestion des ressources humaines. Je crois que l’on vient d’augmenter l’efficacité du ministère et du même coup on rapproche les écoles du ministère. Je trouve cette idée vraiment excitante. Et vous?

 De plus, les écoles verraient eux-mêmes à l’embauche de leurs professeurs et de la direction de l’école avec une équipe parents-professeurs. Encore plus excitant, n’est-ce pas ? Les communautés n’auraient pas le choix de s’impliquer dans la vie de leur école. C’est la grâce que je nous souhaite.

prof Untel