Dernièrement, l’évaluation hante davantage les administrateurs, les professeurs et les parents. En fait, ce n’est pas tellement l’évaluation qui fait la manchette que le bulletin, cet outil de transmission des résultats scolaires aux parents. Force est de constater qu’il semble se dégager un concensus sur le fait que les bulletins sont plus difficiles à comprendre que vla quelques années où il y avait des pourcentages pour toutes les matières.

Mon avis est que si les parents ont de la difficulté à comprendre les bulletins dans leur forme actuelle, changeons-les. Les professionnels de l’enseignement sont d’accord pour dire que le bulletin est un bulletin de santé scolaire. Les parents, je crois pour la majorité, veulent savoir de l’école si ça va bien à l’école. Alors informons-les de la façon la plus simple à comprendre.

De toute façon, les élèves qui éprouvent de la difficulté à l’école ont un suivi particulier de la part des professeurs et les parents savent exactement de quoi il en retourne avec leurs ouailles.

Il y a les compétences transversales qui sont dans le bulletin. Ces compétences sont redondantes avec celles qui sont comprises dans les matières. C’est justement pour ça qu’on les appelle transversale. Alors pourquoi les évaluer encore si on peut les travailler avec toutes les matières? La résolution de problèmes demeure de la résolution de problème et ce partout dans les projets que l’on fait.

La réforme privilégie l’utilisation de la pédagogie par projet et c’est pour ça que l’on a ajouté les compétences transversales au bulletin. Alors, on devrait nommer les compétences transversales en fonction d’une pédagogie par projet. Plutot que de parler de résolution de problème, on pourrait parler de « Gestion de projet » par exemple. On pourrait parler aussi de l’utilisation des t.i.c. pour la réalisation du projet, de communication dans l’équipe en vue de la réalisation du projet, mettre en oeuvre sa pensée créatrice, etc.

Par souci de clarté, il faudra davantage souligner cette différence entre les apprentissages par projet et les apprentissages  » classiques », tout le monde y gagnera. Bien sûr, le bulletin devra suivre.

Prof Untel